DRESDEN: 13,14,15 feb. 1945: llovió fuego del cielo

by

dresden_130205_gegenprotestebundesarchiv-_dresden-dresdendresden_130205_fronttransparent

Unos manifestantes  celebran los bombardeos terroríficos: “Alles Gut kommt von oben”( “Todo lo bueno cae de arriba”) dice la pancarta junto a las banderas de USA, Israel, etc.

Sobre los manifestantes del NPD escribe el sensacionalista Bild:

Dresden im Ausnahmezustand! 6000 Neonazis marschieren durch die Stadt, geben vor, der Opfer der Bombardierung im Februar 1945 zu gedenken.

Una respuesta to “DRESDEN: 13,14,15 feb. 1945: llovió fuego del cielo”

  1. julio Says:

    Me parece penoso que se acepten cifras de muertes en el bombardeo de Dresde que son la décima parte de la realidad histórica: No fueron 30.000 sino 300.000 los muertos del bombardeo. Lo mismo ocurrió con Katyn o Paracuellos: los “demócratas” minimizan las cifras cuando les conviene y las aumentan cuando se trata de los “Campos… nazis”. De Katyn acusaron a los nazis y se ha demostrado que los masacradores fueron los soviéticos. En Gernika
    hubo unos 100 muertos y no 3000 como dijo la propaganda “democrática”. Esto está tomado de Wikipedia:
    Des estimations élevées se réfèrent souvent à des déclarations de témoins oculaires qui ne peuvent plus être réexaminées, ainsi qu’à des informations de sources aux motifs divers :
    • Un document du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de 1946 a donné le chiffre de plus de 305 000 morts. Ce nombre n’était pas le résultat d’investigations propres, mais émanait de « rapports » basés sur des sources issues des indications de l’administration nazie.
    • L’ancien officier d’État-major de Dresde Eberhard Matthes, qui avait alors été chargé de travaux de déblaiement, a affirmé en 1992 que, jusqu’au 30 avril 1945, 3500 cadavres auraient été pleinement identifiés, 50 000 en partie et 168 000 pas du tout. Ces chiffres auraient été communiqués à Adolf Hitler en sa présence. Mais il n’existe aucune preuve écrite qui pourrait confirmer cela et on doute aussi qu’Hitler ait demandé une telle communication le jour de son suicide. Des journaux (Süddeutsche Zeitung, Die Welt, Frankfurter Allgemeine) ont souvent publié des chiffres difficiles à certifier précisément variant de 60 000 à 300 000 morts.
    La population totale de la ville était de 630 000 habitants à l’époque mais elle comptait aussi des blessés, des prisonniers ou des réfugiés dont il est impossible d’évaluer précisément le nombre. De plus, beaucoup de victimes ont disparu en fumée sous l’effet d’une température souvent supérieure à 1 000°C. L’évaluation du nombre de morts a beaucoup fluctué. Ainsi, le maximum de 250 000 morts était avancé par les Soviétiques. L’écrivain révisionniste britannique David Irving, quant à lui, jugeait réaliste un nombre de 135 000 victimes2. Le chercheur allemand Jörg Friedrich fait état de 40 000 morts3. L’évaluation actuelle de 25 000 morts maximum (dont 18 000 corps identifiés) est celle d’une commission d’historiens mandatée par la ville de Dresde, rapport de clôture au début du mois d’octobre 2008.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_de_Dresde

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s


A %d blogueros les gusta esto: